Publié le 27 Novembre 2017

Bonjour !

Ce matin j'aimerais partager avec vous ce texte de Jean Nicolas, un écoutant bénévole à SOS Amitiés.

 

 Quand je te demande de m'écouter, écoute-moi !
 Quand je te demande de m'écouter et qu'aussitôt tu mes donnes ton avis, tu ne fais pas ce que je te demande.
 Quand je te demande de m'écouter et que tu m'interromps pour me dire que tu as tout compris, je crains que tu n'ais rien compris.
 Quand je te demande de m'écouter et que tu te déclares en désaccord avec ce que je ressens, tu fais fi de ce que je suis en train de vivre.
 Quand je te demande de m'écouter et que tu m'exposes qu'ayant vécu la même chose, tu t'en es tiré, tu m'enfonces dans ma hantise de ne pas m'en sortir.
 Quand je te demande de m'écouter pour te parler d'un douloureux échec relationnel, ce n'est pas pour que tu me laisses espérer le retour de l'être aimé, mais pour que tu m'accompagnes dans mon désir de faire face à un drame de la rupture.
 Quand je te demande de m'écouter pour te dire combien je me sens mal, fais-moi grâce de la pire des réponses : "Tu as tout pour être heureux !"
 Quand je te demande de m'écouter pour que je puisse tenter de me délivrer des idées noires qui surgissent de plus en plus profond de ma dépression, ce n'est pas pour que tu te substitue à mon "psy". Lui, il me soigne, toi, écoute moi.
 Quand je te demande de m'écouter pour te parler de ma tentation de mettre fin à mes jours, ne cherche pas à me démontrer que j'aurais tort de passer à l'acte, ce serait m'anéantir davantage. Essaye plutôt de m'écouter et de m'entendre dans mon désespoir : en respectant ma décision de mourir, tu peux m'aider à la remettre en cause.
 Quand je te demande de m'écouter, ce n'est pas pour que tu me consoles, ni pour que tu me plaignes et encore moins pour que tu me juges, en bien ou en mal. Sois simplement là, accueillant et disponible, plus personne d'autre que toi ne me témoigne de la bonté, ne me donne du temps.
 Quand je te demande de m'écouter pourquoi me poser tant de questions ? Ce qui m'est précieux, c'est la chance de pouvoir dire ce que j'ai envie d'exprimer et non pas ce que tu aimerais entendre.
 Quand je te demande de m'écouter, ne te laisse pas distraire par la préparation d'une réponse, j'ai simplement besoin de ta présence silencieuse, intensément attentive.
 Si je te demande de m'écouter, c'est parce qu'une oreille amicale m'aide à mettre mon mal en mots. En te parlant je peux organiser ma pensée, évoluer et progresser dans la compréhension de mes difficultés, de ma souffrance ou de mon drame. Il n'est donc pas utile que tu parles tant. Simplement de tout ton cœur et de toute ton intelligence, écoute-moi !
 Quand je te demande de m'écouter écoute moi !

Jean Nicolas, écoutant à SOS Amitiés

Voir les commentaires

Rédigé par Ngilozi

Publié dans #Textes divers

Repost0

Publié le 20 Novembre 2017

20 novembre 2018

 

Aujourd’hui, nous sommes le 20 novembre 2018.

Je me souviens l’année dernière ce jour-là j’étais à la BGE avec Marie, Roukia et Moreno. Nous avions fait un atelier d’écriture dans lequel je leur avais proposé de se projeter un an plus tard.

Aujourd’hui nous y sommes : 20 novembre 2018.

Il y a un peu plus d’un an que j’ai intégré Elan créateur. Les débuts ont été difficiles. Je me souviens de mes premiers cours en ligne avec Lingoda, quand j’étais payée seulement onze euros de l’heure… Comme tout cela me paraît loin… Aujourd’hui jamais je n’accepterais d’être payée moins de 40 euros pour une heure… Et mes ateliers d’écriture, par lesquels personne ne semblait intéressé… Aujourd’hui je refuse du monde !

Qui l’eût cru ?

Et tout ça grâce au blog que j’ai créé le 20 novembre 2017…

Je me souviens, c’est Samir qui m’avait donné l’idée. A partir de ce jour-là toutes les semaines j’ai posté un billet sur mon blog. Parfois je parlais du Brésil, ou du Swaziland. Je partageais une vidéo sur un film que j’avais vu, j’écrivais un article sur un livre que j’avais lu, je donnais un conseil en français, je postais un texte que j’avais écrit en atelier, une photo que j’avais prise dans les rues de Rennes… Et c’est comme ça que les premiers clients sont arrivés. Grâce au blog. Finalement j’ai réussi à me faire connaître même sans avoir de page Facebook.

Qui l’eût cru ?

Je l’ai atteint mon chiffre d’affaires de 1965€ par mois ! Je l’ai même largement dépassé ! Aujourd’hui je tourne plutôt autour de 3000€ par mois, et j’arrive à me dégager un salaire mensuel de 1000 euros.

Qui l’eût cru ?

Voir les commentaires

Rédigé par Ngilozi

Publié dans #Ateliers d'écriture

Repost0